LOI PACTE : étude de quelques conséquences de la loi sur les cessions d’entreprise – Vision transversale juridique et expertise comptable

08/09/2020

Cette étude a été réalisée par Jean-Baptiste BARSI, avocat au barreau de Paris et Grégoire PROUST, expert-comptable et commissaire aux comptes, Cabinet Impulsa Paris.

I. L’article 61 septies de la loi créant les articles L.210-10 à L. 210-12 du Code de Commerce intègre en droit français la notion de « Société à Mission » donnant la possibilité à toute société de faire publiquement état de la qualité de société à mission lorsque les conditions visées audit article sont remplies.

Nous comprenons donc que les sociétés candidates à obtenir ce label de « société à mission » qui figurera sur son K-bis et tous ses supports de communication devront se soumettre aux obligations visées ci-dessus au risque de le perdre en cas d’avis négatif de l’organisme indépendant et saisine subséquente du Président du tribunal de commerce.

Un soin tout particulier devra être attaché à la rédaction de cette « raison d’être » et cette « mission » qui devront être en mesure de s’adapter à l’évolution de l’entreprise notamment en terme de croissance externe ou de réorganisation de ses activités.

Nous pouvons imaginer que les missions seront d’ordre très général et d’intérêt collectif : protection de l’environnement, dynamisation d’une collectivité locale, mise en valeur ou préservation d’un savoir-faire... Mais nous nous interrogeons sur la manière dont les tribunaux interpréteront le respect ou non de cette mission dans les sociétés faisant l’objet d’une acquisition ou d’une cession de filiale ou de fonds de commerce dont l’objet ne rentrerait pas dans la mission.

Par exemple une société ayant pour mission la préservation de l’environnement pourra elle acquérir une nouvelle activité polluante ? Et la réponse diffèrera elle selon que cette activité sera intégrée dans la société ou filialisée ? On sait que par exemple dans le secteur de l’énergie un grand nombre d’acteurs évoluent tout à la fois dans les énergies fossiles et les énergies renouvelables, suffira-il de séparer juridiquement ces activités pour que le label soit préservé ? A priori oui puisque la mission telle que visée par la loi est liée à la société et non au groupe.

Par ailleurs, à l’issue d’une cession d’entreprise, les nouveaux actionnaires qui ne se reconnaitraient pas dans la mission stipulée dans les status pourront ils la modifier sans perdre le label de « société à mission » ?

Le régime de changement de la mission de l’entreprise sera-il calqué sur celui d’un changement d’objet social ?

Seule la pratique permettra aux praticiens de répondre à ces questions et d’adapter en conséquence les termes de la « mission » et de la « raison d’être » de la Société.

Le nouveau statut juridique de société de mission pourrait avoir des conséquences comptables et fiscales qui sont encore inconnues à ce jour. En effet, la création d’une quatrième voie aux côtés des sociétés privées de capitaux, des entreprises publiques et des entreprises de l’économie sociale et solidaire pourrait entraîner des traitements comptables et fiscaux spécifiques (comme pour les banques, les associations ou les établissements publics). Cela représenterait probablement une contrainte pour les sociétés concernées mais assurément un vivier de missions pour nos professions.

II. Un autre sujet, qui a fait historiquement l’objet de débats au sein de la profession comptable, a été relancé par l’article 10 bis de la loi PACTE : les « success fees ». Les experts-comptables ont dorénavant la faculté de facturer "des honoraires complémentaires aux honoraires de diligence, liés à la réalisation d’un objectif préalablement déterminé". Cette modalité de facturation est toutefois encadrée et un expert-comptable ne pourra pas demander à être payé au résultat pour ses missions comptables courantes ainsi que pour celles consistant à calculer les bases d’impositions fiscales ou sociales de ses clients (ce qui ne nous semble pas critiquable).

Deux questions viennent directement à l’esprit à la lecture de la loi :

  • Quelle mission pourra faire l’objet d’une facturation à succès ?
  • Quelles modalités de calcul des success fees ?

A notre avis, ces honoraires de succès concerneront principalement les missions exceptionnelles de l’expert-comptable dans le cadre de recherche de financement (levées de fonds, dettes) ou dans le cadre de mission d’accompagnement pour des acquisitions ou des cessions d’entreprises.

Les success fees seront calculés classiquement de deux manières : fixe (forfait en cas d’atteinte d’un objectif fixé) ou variable (assiette x un taux).

La profession comptable évolue et il est intéressant de constater que ces pratiques en terme d’honoraires rejoignent d’autres professions (avocat, conseils opérationnels et stratégiques) : un pas de plus vers l’interprofessionalité ?

Cette disposition parait une bonne opportunité pour les experts-comptables qui souhaitent proposer des missions d’intermédiaire en fusions-acquisitions ou levées de fonds, la connaissance de leur client et leur capacité à monter de dossier financier de présentation de la Société leur donnera un solide atout. On peut s’interroger si cette disposition leur permettra de se rémunérer comme intermédiaire dans le cadre d’une transaction immobilière, comme peuvent le faire les avocats ?

III. Depuis le 1er janvier 2019, les vendeurs qui cèdent leur entreprise avec un « crédit-vendeur » bénéficient d’un plan d’étalement des prélèvements sur les plus-values pour les petites entreprises de moins de 50 salariés réalisant un total de bilan ou un CA inférieur à 10 M€.

Ce Plan d’étalement de paiement de la plus-value correspondant à la réalité du calendrier de paiement du prix de cession était auparavant réservé aux micro-entreprises. Cet élargissement d’une mesure fiscale déjà existante sans être révolutionnaire, ne peut être que bénéfique aux reprises d’entreprises.

Je partage le point de vue de Jean-Baptiste sur ce sujet et cette démarche consistant à aligner la fiscalité sur une approche « cash basis » nous semble plus juste même si elle ne facilitera pas la tâche des professionnels du droit et du chiffre compte tenu du suivi dans le temps de l’opération. Une vigilance accrue sera nécessaire.

IV. La loi encourage la transmission d’entreprise aux salariés en supprimant Les contraintes de seuil minimum de
salariés pour bénéficier du crédit d’impôt pour le rachat des entreprises par les salariés. Pour mémoire, ledit crédit d’impôt est égal au montant de l’impôt sur les sociétés dû par la société reprise au titre de l’exercice précédent. La loi met en place un dispositif anti-abus avec un minimum de 18 mois de présence du salarié dans l’entreprise requis.

Il s’agit d’une nouvelle tentative d’aider les salariés à reprendre l’entreprise de leur employeur qui sont en pratique assez rares et dont les précédents dispositifs (crédit d’impôt pour le rachat des entreprises, loi Hamon ...) n’ont pas eu le succès espéré. Le quantum du crédit d'impôt égal au montant du précédant impôt sur les sociétés dû par l'entreprise reprise, et plafonné par le montant des intérêts du prêt contracté par la structure de reprise restent limités au regard des taux d’intérêts actuels, mais le nouveau dispositif peut désormais être exercé par un seul salarié présent dans la Société depuis au moins 18 mois.

Je ne suis pas sûr que ce dispositif soit de nature à changer la donne. Aujourd’hui, l’engouement des salariés ou managers pour la reprise de société n’est plus à démonter. Le vrai point de blocage, que nous rencontrons sur le terrain, réside dans l’obtention des financements bancaires. Une incitation des banques à assouplir leurs critères de financement de projets portés par des salariés eut été une meilleure solution à notre avis.

Partager l'article

Voir plus
Impulsa, quand le chiffre s'allie au droit
03/08/2021
Paru dans Décideurs Magazine le 19/11/2020   Impulsa passe sous le signe de l’inter professionnalité : la société d’…
Fiscalité : Opter pour un régime réel au titre de 2020 et 2021 est encore possible
17/05/2021
Par une actualisation en date du 28 avril 2021 de sa foire aux questions (FAQ) disponible sur le site impots.gouv.fr, l…
TVA sur l’e-commerce : Big Bang du 1er Juillet
06/05/2021
Les règles encadrant la TVA sur l'e-commerce vont être bouleversées en Europe dans moins de trois mois. En effet, à…
Fond de solidarité de mars 2021 : Quels changements ?
29/04/2021
Le décret correspondant aux modalités du mois de mars 2021 a été publié au Journal officiel. Il acte plusieurs…
Location meublée : Une évolution réglementaire
21/04/2021
La dernière loi de financement de la Sécurité Sociale (LFSS) pour 2021, indique que le statut du loueur en meublé…
Obligations sociales et fiscales du mois d’avril 2021
13/04/2021
Pour vous aider à naviguer dans ce mois d’avril rempli d’obligations fiscales et sociales, nous vous avons préparé un…
Crédit d'impôt sur les sociétés : Remboursement accéléré pour l’année 2021
24/03/2021
Dans le but de soutenir financièrement les entreprises rencontrant des difficultés économiques dues à la crise…
Crédit Impôt : Aide au paiement des loyers
16/03/2021
Le gouvernement a proposé que soit introduit dans le projet de loi de finances pour 2021 un crédit d’impôt pour inciter…
Crédit Impôt famille : comment en bénéficier ?
11/03/2021
Les dépenses engagées par les entreprises afin de permettre à leurs salariés ayant des enfants à charge de mieux…
Travailleurs indépendants : réduction du montant des cotisations sociales personnelles
26/02/2021
Les travailleurs indépendants ont vu leur activité lourdement impactée par les mesures de restriction mises en place…
Focus : La fiscalité des œuvres d’arts
24/02/2021
Acquérir une œuvre d’art est un très bon moyen d’égayer ses bureaux ou son salon mais c’est aussi un excellent moyen de…
Jurisprudence : Soutien abusif d’une société en difficulté par son associé
10/02/2021
La Cour de cassation a rappelé dans un arrêt du 9 septembre 2020[1] , qu’un apport en compte courant dans une start-up…
Aide au loyer : une aide à destination des commerces d'Île-de-France
26/01/2021
La région île-de-France annonce la mise en place d’une aide au loyer pour la relance des commerces.    Tous commerces…
SCI : Les obligations légales
19/01/2021
Compte tenu des décisions récentes de justice* (voir fin de l'article), nous souhaitons une nouvelle fois attirer votre…
Noël : Doublement du plafond limitant l'exonération appliquée aux chèques cadeaux et bons d'achat
16/12/2020
A titre exceptionnel, le plafond limitant l’exonération de contributions et de cotisations sociales appliquée aux…
M&A : Nouvel arrêt de la chambre criminelle de la Cour de cassation
11/12/2020
Arrêt de la chambre criminelle de la Cour de cassation du 25 novembre 2020   Une entreprise peut désormais être tenue…
Covid-19 : Les autres aides dont vous pouvez bénéficier
07/12/2020
  Durant cette période difficile, le gouvernement continue de mettre en place des aides à destination des entreprises…
Fonds de solidarité : Une évolution en profondeur consacrée aux secteurs les plus exposés
27/11/2020
  Jusqu’à présent destiné aux plus petites entreprises, le fonds de solidarité est désormais disponible pour les…
CFE : mise en place d’un report de paiement pour les entreprises en difficulté
24/11/2020
Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, et Olivier Dussopt, ministre délégué chargé des…
On parle de nous : "Impulsa, quand le chiffre s'allie au droit"
23/11/2020
Paru dans Décideurs Magazine le 19/11/2020   Impulsa passe sous le signe de l’inter professionnalité : la société d’…
Fonds de solidarité : Mise en ligne du formulaire pour les demandes concernant les pertes de chiffre d’affaires du mois d’octobre 2020
20/11/2020
Le formulaire du fonds de solidarité du mois d’octobre sera mis en ligne le 20 novembre pour les entreprises de moins…
URSSAF : Mise en place d'une aide exceptionnelle
20/11/2020
Si vous êtes concerné par une fermeture administrative totale (interruption totale d’activité) depuis le 02 novembre…
Reconfinement : Quelles aides possibles ? Les équipes Impulsa se mobilisent
17/11/2020
Suite au reconfinement, les entreprises françaises font aujourd’hui face à de nouvelles problématiques. Afin d’y…
Présentation des mesures du plan de relance
16/09/2020
Nous vous présentons ci-dessous un résumé du plan de relance annoncé par le gouvernement le 3 septembre 2020 et…
Mesures de soutien en faveur des secteurs de la restauration, du tourisme, de l’événementiel, du sport et de la culture
16/09/2020
Afin de tenir compte de la situation spécifique des hôtels, cafés, restaurants, des entreprises du secteur du…
Prévention des difficultés des entreprises post-confinement
08/09/2020
Afin de faire face à la période exceptionnelle d’urgence sanitaire, le législateur avait suspendu les délais d’…
Modalités d’approbation des comptes clos entre le 30 septembre 2019 et le 10 août 2020
08/09/2020
L’épidémie de Covid-19 ayant impacté les réunions physique des assemblées générales ordinaires annuelles, deux…
Don't miss any news

The best news from the business world delivered straight to your inbox.

I subscribe to the newsletter